L’eau limpide en crise

On l’a lu dans toute la presse, l’eau de distribution dans la région de Couvin, puis de Philippeville, avait un aspect douteux, tout aussi douteux que les communications qui ont tenté de rassurer la population par rapport à cet incident.
Le citoyen se demande pourquoi il a fallut attendre plusieurs jours pour être mis au courant de ce qu’il se passait. Ensuite, on a essayé de le rassurer en disant que l’eau était potable bien que trouble et mal odorante, mais on dit aussi qu’on va assurer une distribution en porte à porte… distribution commencée mais jamais achevée par manque d’eau et de personnel ! Chaotique !
Samedi matin, on pouvait croiser un peu partout les camionnette lettrées INASEP. Les ouvriers étaient occupés à purger, encore, les conduites pour tenter de faire recouler l’eau claire dans les conduites.
A la caserne des pompiers de Philippeville, les habitants de l’entité sont peu nombreux ce samedi à venir retirer leur bidon de 5 litres. Comme la veille, quelques camps ont été retirer leur part d’eau embouteillées. Depuis le début, ce sont essentiellement des habitants du centre-ville une soixantaine, qui se sont rendus à la caserne. On ne compte qu’une dizaine d’habitants des villages de l’entité. « Si nous seront encore là demain pour distribuer de l’eau ? On n’en sait rien du tout« , explique un pompier-ambulancier. « On n’est pas informés non plus » .
En tout cas, les villageois ont redécouvert les habitudes de leurs grands-parents, en fréquentant les différentes sources et fontaines de la région.
Dimanche matin, le service INASEP passait dans les maisons situées au niveau le plus bas des agglomérations et vérifiait que l’eau avait retrouvé son aspect initial. C’était le cas à Franchimont.

Lire aussi : http://www.lanouvellegazette.be/1628410/article/2016-07-22/fin-de-la-distribution-de-bidons-d-eau-potable-a-couvin-cerfontaine-doische-phil
ou : http://www.lavenir.net/cnt/dmf20160722_00856741/eau-imbuvable-la-fin-de-la-crise

Laisser un commentaire